Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Quel régime, quelle alimentation pour vieillir en bonne santé à Lille ?

Quel régime, quelle alimentation pour vieillir en bonne santé à Lille ?

Le 21 juin 2021
L’alimentation est perçue à juste titre comme un facteur de bonne santé mais à l’heure actuelle les propositions sont multiples et contradictoires, on entend tout et son contraire. Alors comment s’y retrouver ? Comment rester en bonne santé ?

La grande histoire de l'alimentation des humains

On distingue 3 périodes dans l’historique de l’alimentation des humains :

La première se termine au paléolithique lors de la domestication du feu, on commence à cuire les aliments, on assimile mieux.

La deuxième voit les humains se sédentariser et débuter la culture et l’élevage de manière très artisanale. Lors de cette période des bassins de longévité émergent sur la planète : la Méditerranée orientale (modèle crétois) et l’Asie.

La troisième récente est l’ère de l’industrie agro-alimentaire… catastrophe !


La petite histoire

Depuis que j’étudie la nutrition, différents auteurs ont apporté leur contribution les uns à la suite des autres. Il faut citer Catherine Kousmine  suivie plus tard de Jean Seignalet qui préconisait une alimentation hypo-toxique. Plus récemment Natasha Campbell McBride nous parle du Gut And Psychologie Syndrome ou GAPS. Les recherches de ces auteurs dont les travaux se succèdent et s’enrichissent nous ont fait progresser dans la compréhension de l’art de la nutrition et se rapprochent de plus en plus des modèles traditionnels crétois, ayurvédiques et chinois.


D’autres propositions ont retenu notre interêt, Peter d’Adamo et les groupes sanguins, Sue Shepard Fermentiscibles Oligosaccharides Disaccharides Monosccharides And Polyols ou FODMAP. Le jeune intermittent (8/16) et le modèle cétogène pratiqué par certains sportifs de haut niveau ne peut que nous interpeler.


Les taux de gluten en progression exponentielle dans les céréales telles le blé sont issus des manipulations génétiques néanmoins, la manière dont ce blé est cultivé à l’heure actuelle et dont il est traité en aval par les industriels en fait un aliment potentiellement très dangereux, c’est aussi ce que semble dire Henri Joyeux.


Je ne saurais oublier Georges Mouton, grand expert de la thyroïde, Angélique Houlbert et le régime NASH (Non Alcoolique Stéatose Hépatique) nous confortent dans l’idée que tous ces auteurs constituent des ressources passionnantes autant qu’incontournables, et qui loin de se contredire, se complètent admirablement. 


Il faut donc tenir compte de l’Index Glycémique de nos aliments et rechercher la plus-value nutritionnelle en terme de vitamine, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras et fuir l’aliment calorique qui est toujours creux. Citons aussi le fructose source de nombreux problèmes.


L’équilibre acido-basique, le PH, constitue également un formidable guide, l’on se réfère à l’indice PRAL (Potential Renal Acid Load), pour gérer son alimentation.


Alors on ne peut plus rien manger ?

Constatons pour commencer qu’il est indispensable de bannir les aliments d’origine industrielle et que nous avons de très mauvaises habitudes alimentaires en occident.

Les modèles traditionnels que nous proposent les médecines ayurvédiques, ou traditionnelle chinoise ou crétois et sarde, sans parler d’Okinawa ont apporté la preuve de leur efficacité depuis des millénaires en offrant à ces populations une longévité stupéfiante depuis l’antiquité, longévité en bonne santé qui plus est.


Conclusion

Personnellement ma conception de la nutri est souchée sur la Médecine Traditionnelle Chinoise. L’observation des habitudes alimentaires asiatiques nous permet de comprendre où se situent nos grosses erreurs alimentaires occidentales. Par ailleurs la MTC permet de  proposer des corrections alimentaires fondées sur la saveur des aliments, leur nature (chaude, froide, sèche, humide) ou encore leurs propriétés en fonction des déséquilibres énergétiques des différents organes avec une grande pertinence.